Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Besoin d’un spécialiste pour l’isolation de votre toit-terrasse ?

 

Les toitures mal isolées des bâtiments sont responsables de 30 % des déperditions d’énergie ! Si on ne peut isoler un toit-terrasse depuis les combles puisque par définition celui-ci n’en a pas, d’autres solutions existent en isolant en sous-face par l’intérieur si un faux plafond avec suffisamment de hauteur est présent sous le toit-terrasse. Ou en passant par l’extérieur. Que ce soit par la méthode conventionnelle, inversée ou avec une toiture végétalisée, faites appel à un pro et réalisez des économies d’énergie à long terme !

 

Les avantages de bien isoler un toit-terrasse

Accessible ou non, le « toit-terrasse » est le nom qu’on donne à une couverture dont la pente est inférieure à 8 %. Contrairement aux toits en pente, on ne peut pas l’isoler par les combles : une isolation de toit-terrasse par l’extérieur s’impose si la mise en œuvre d’un faux-plafond avec suffisamment de hauteur pour atteindre des performances énergétiques satisfaisantes n’est pas possible.

 

En plus d’améliorer le confort thermique, faire isoler votre toit-terrasse permet de réaliser des économies d’énergie, de protéger la structure porteuse et de valoriser votre maison, tout en bénéficiant de nombreuses aides et subventions si vous faites appel à un professionnel qualifié RGE et que vous atteignez un certain niveau de performance thermique (à savoir une résistance thermique supérieure ou égale 4,5 m². K/W).

 

Trois méthodes pour l’isolation de votre terrasse

En assurant une bonne protection de l’isolant thermique, la méthode classique est la plus courante. Elle consiste à poser un pare-vapeur sur le support, suivi d’un matériau isolant et d’un feutre, surmonté par une membrane d’étanchéité.

Elle permet d’éviter la vapeur, qui peut s’infiltrer entre le support et l’isolant et surtout endommager l’isolation en condensant :

  • Le pare-vapeur évite le passage de la vapeur d’eau et la condensation sous la membrane d’étanchéité, la vapeur d’eau venant de l’intérieur de la maison et migrant vers l’extérieur (en hiver).
  • La membrane d’étanchéité a un rôle de protection contre l’infiltration d’eau liquide provenant des précipitations sur le toit.

Cette méthode consiste à ne pas utiliser de pare-vapeur. On place alors la couche d’étanchéité juste au-dessus du support. Vient ensuite un matériau isolant thermique hydrophobe et non poreux, qui est lui-même lesté par des graviers ou des dalles.

 

Cette solution est employée uniquement lorsque la couche étanche est en excellent état, parfaitement étanche à la migration de vapeur d’eau (béton banché par exemple). Elle présente l’avantage d’utiliser une couche en moins, mais nécessite un isolant thermique de haute qualité, car plus exposée aux conditions climatiques.

 

Cette technique peut présenter de sérieux inconvénients sur le long-terme : l’isolant même hydrophobe et non poreux, n’est pas protégé de l’humidité et perd peu à peu en efficacité. C’est une méthode à éviter notamment pour un toit plat à ossature bois comme ce dernier est assez perméable à l’humidité et nécessite une étanchéité irréprochable.

 

Esthétique et écologique, la toiture végétalisée a le vent en poupe sur les terrasses accessibles. Elle consiste à poser une couche végétale par-dessus une isolation conventionnelle. Le pouvoir isolant est renforcé par la végétation et le substrat.

 

Cette solution apporte un confort d’été et d’hiver meilleur que n’importe quel matériau isolant. Par contre, il nécessite une résistance structurelle suffisante pour soutenir le poids de la couche végétale.

 

Les aides et les subventions

De nombreux coups de pouce existent pour inciter les particuliers à rendre leur maison plus efficace sur le plan énergétique. Pour en bénéficier, faites appel à un professionnel muni du label RGE (reconnu garant de l’environnement) en obtenant jusqu’à 4 devis gratuit d’isolation de terrasse.

 

Vous serez alors potentiellement bénéficiaire des aides suivantes :

  • Crédit d’impôt CITE, équivalent à 30 % des travaux (montants plafonnés en fonction de la structure de votre foyer) ;
  • TVA à 5,5 % sur les matériaux ;
  • Éco-Prêt à taux zéro, si vos travaux d’isolation de terrasse entrent dans le cadre d’un bouquet de travaux.